Actu : Gaia, lancement réussi!

Jeudi 19 Décembre 2013, Gaia, petit nom du satellite développé par l’Agence Spatiale Européenne (ESA), a été envoyé dans les airs par une fusée Soyouz, depuis le Centre Spatial Guyanais (CPG), à Kourou. 42 minutes après le décollage, Gaia a été libéré pour commencer son voyage au cœur de la Voie Lactée. Pendant 5 ans, il va explorer et cartographier notre galaxie en 3D.

Image de prévisualisation YouTube

A son bord, 3 instruments de mesure

Conçu à Toulouse par EADS Astrium, Gaia possède à son bord trois instruments de mesure qui font de lui, un télescope ultramoderne :

  1. un instrument d’astrométrie, qui permet de déterminer la position, le mouvement et la distance des étoiles.
  2. un instrument de photométrie, utilisé pour mesurer l’éclat et la couleur des étoiles.
  3. un instrument de spectrométrie, afin de connaitre la longueur d’onde (c’est à dire la lumière) émise par les étoiles.

La mission de Gaia

Le 19 Janvier 2014, soit un mois après son lancement, Gaia aura normalement atteint le point de Lagrange 2, qui est un point très particulier de notre système solaire. En effet, situé à 1,5 millions de kilomètres de la Terre, c’est un point d’équilibre gravitationnel du système solaire où un corps orbite autour du Soleil à la même vitesse angulaire que la Terre. En d’autres mots, cet objet reste fixe par rapport à l’axe Soleil-Terre.
Au moyen de ces instruments de mesure, Gaia va ainsi explorer notre galaxie et en dresser une carte extrêmement précise, en 3D! Le satellite va localiser environ un milliards d’étoiles, ce qui constitue seulement 1% des étoiles de la Voie lactée, découvrir une centaine de milliers d’objets célestes (exoplanètes, naines brunes(1), supernova(2) etc.) et identifier des milliers d’astéroïdes supplémentaires. Un catalogue idéal pour étudier l’évolution et l’histoire de notre galaxie.

Les données recueillies par Gaia, estimées à environ 1 pétaoctet (soit un million de milliards d’octets), seront envoyées quotidiennement sur Terre, afin d’être analysées dans 6 centres de traitement, dont celui du Centre Spatial de Toulouse. Le coût d’une telle mission est évaluée à plus de 900 millions d’euros.

(1) objet trop petit pour être réellement considéré comme une étoile.
(2) explosion d’une étoile.

Pour plus d’infos
Site CNES 

Amélie Cabasse

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>